Mes explorations des châteaux de la Loire

Et si on embarquait à bord d’une machine à remonter le temps ? Le week-end dernier a été l’occasion pour moi de visiter le Château d’Azay-Le-Rideau, situé en Indre-et-Loire, à quelques kilomètres de Tours. C’est dans cette ville que j’ai vécu mes premières années d’étudiante à la découverte du métier de journaliste. Cette visite a été le moment déclencheur qui me pousse à rédiger ces quelques lignes car ce n’est pas le premier (ni le dernier) château du Val-de-Loire que je visite. Si l’occasion se présentait à moi, c’est avec plaisir que je me lancerais le défi de la Loire à vélo : cet itinéraire pour les cyclistes partis à la découverte du patrimoine.

Tout a commencé il y a un peu moins de deux ans. Étrangement, mes trois années passées à Tours n’ont pas été celles qui ont vu naître ma passion pour les châteaux de la Loire. Ce n’est qu’à la fin de ma licence que j’ai commencé à m’intéresser à ce patrimoine historique qui nous plonge à l’époque de la Renaissance française.

Le château Royal de Blois

Le château royal de Blois a été ma première découverte. A l’automne lorsque les feuilles prennent des couleurs dorées, le lieu se transforme en un temple de la réflexion et de l’échange, lors des « Rendez-vous de l’histoire ». Des séries de conférences viennent interroger l’histoire au regard des événements qui font notre actualité. Bien que le temps soit compté lors de ces conférences, j’ai été marquée par cet escalier octogonal qui émerge de la structure. La finesse du travail sur la pierre blanche m’a fait prendre conscience de la beauté de ces lieux chargés d’histoire et m’a donné cette envie d’en apprendre davantage.

 

img-0580

Le château de Villandry

L’exploration du « dernier des grands châteaux de la Loire » s’est faite lors d’un tournage école où nous avions dressé, en binôme, le portrait d’une jardinière du château. En plein mois de février, alors que l’arrivée du printemps se prépare déjà, nous avons pu découvrir, caméra sur l’épaule, les coulisses de ce château construit au XVI° siècle sous l’impulsion des secrétaires royaux de François Ier. Dans les mois à venir, j’espère avoir l’occasion de déambuler à nouveau dans ces jardins avec pour décor, les allées fraîchement fleuries.

Le Château de Chenonceau

On le surnomme « Le château des Dames ». Majestueux, comme en lévitation au-dessus du Cher, ce château ne laisse pas ses visiteurs indifférents. C’était en mai 2017, les beaux jours refaisaient leur apparition et les visiteurs étaient nombreux. Chambres, cuisines, Grande galerie… le décor de ce château met parfaitement en valeur le travail accompli par les femmes qui l’ont occupé. Diane de Poitiers, Catherine de Médicis mais aussi Louise Dupin, l’une des premières à avoir rédigé un code du droit de la femme, ont entretenu et embelli le château au fil des siècles.

Au cours de la grande guerre, le somptueux château devient hôpital militaire pendant quatre ans. Lors de la Seconde guerre mondiale, il se transforme en l’unique voie d’accès à la zone libre. De par son histoire et sa beauté saisissante, c’est le château qui m’a le plus marqué jusqu’ici.

img-0581

Amboise et la résidence de Léonard de Vinci

La passion qu’avait François Ier pour la Renaissance Italienne n’est pas un secret. Ses voyages au sein de la Péninsule l’ont beaucoup inspiré aussi bien sur le plan artistique qu’intellectuel. C’est donc tout naturellement qu’il a invité Leonard de Vinci, génie de son époque, à venir séjourner à Amboise. Le Clos Lucé est devenu le lieu où le célèbre artiste a passé la fin de sa vie. Cette maison aux briques rouges met l’accent sur le génie de l’inventeur. L’homme qui vole, les systèmes hydrauliques ou encore les engins de guerre ont fasciné l’artiste aux mille savoirs. Les jardins se complètent parfaitement avec la demeure et offrent un parcours itinérant ponctué d’inventions grandeur nature et de tableaux imprimés sur un tissu qui offrent un beau jeu de lumières.

img-0582img-0583

Azay-Le-Rideau, « le diamant taillé à facettes »

Honoré de Balzac a exprimé avec justesse la beauté que dégage le château seigneurial d’Azay-le-Rideau. Ce bijou d’architecture mérite son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. Accompagnés d’une guide passionnée, nous avons pu découvrir l’histoire de ce Château construit pour l’un des proches financiers de François Ier, Gilles Berthelot. Avec des éléments inspirés de l’époque médiévale, le château comporte une réelle emprunte de la Renaissance avec cet escalier principal ouvert sur l’extérieur. Depuis 1905, le château appartient à l’Etat et les décors des pièces sont somptueux. Mon coup de cœur se porte sur le salon du XIX° siècles ou des portraits d’hommes et de femmes célèbres décorent le mur.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s