[Interview] Frank Nouchi, le « médiateur de paix » au Monde

Frank Nouchi, 62 ans, est médiateur au Monde depuis deux ans. Il rédige en toute indépendance des chroniques qui répondent aux questions des lecteurs.

Le Monde a été le premier journal français à créer un poste de médiateur en 1994, pourquoi avoir fait le choix de nommer une personne à la lecture du courrier ?

Cette décision a été prise peu après l’élection de Jean-Marie Colombani à la direction du Monde. A l’époque on recevait énormément de courrier de la part des lecteurs mais on se contentait de publier quelques extraits de lettres dans une rubrique du journal. En parallèle, on avait observé ce qui se faisait aux Etats-Unis. Le New York Times faisait appel à un journaliste médiateur qui jouait un rôle de juge de paix entre les lecteurs et le média dans une période de défiance. Le premier médiateur du Monde, André Laurens, était un ancien directeur du journal. C’était un journaliste très respecté au sein du quotidien.

C’est un poste qui se renouvelle régulièrement pourquoi  avez-vous accepté cette mission  il y a deux ans ?

Cela fait plus de trente que je suis dans le journal, j’ai été directeur adjoint et je suis passé par à peu près tous les postes. Je n’ai plus d’enjeux de carrière au Monde et je bénéficie plutôt d’une bonne légitimité auprès de la rédaction. Le sentiment d’indépendance m’a poussé a accepté cette mission. Je sais qu’aujourd’hui je peux écrire en toute liberté, sur ce que je veux, je ne dépends pas d’un supérieur hiérarchique.  Je garde néanmoins un sentiment de responsabilité et de solidarité envers mes collègues journalistes. On a des échanges très intéressants lors du comité de rédaction sur la déontologie et le traitement de l’information.

Lors de cette campagne hors du commun, quelles ont été les critiques que vous avez reçu ?

Il y a d’abord eu la période de l’affaire Fillon, les lecteurs nous reprochaient un certain acharnement. Ensuite il y a eu le temps Macron, on me demandait si le journal roulait pour le candidat d’En Marche ! Il y a eu également une séquence Hamon où certains lecteurs estimaient qu’on l’avait laissé tomber au profit des quatre favoris. En échangeant avec les journalistes du service politique, j’ai pris le temps rédiger deux chroniques, en réponse aux interpellations des lecteurs. L’une était au sujet de l’affaire Fillon et l’autre sur le positionnement du journal vis-à-vis d’Emmanuel Macron. Je me suis un peu imposé le silence durant cette campagne très épineuse. Parfois, ça été assez compliqué pour la rédaction. Je ne voulais pas en ajouter.

Comment définiriez-vous les lecteurs qui vous écrivent ?

Ce sont des gens qui ne se cachent pas derrière un pseudo, ils font l’effort de s’adresser à quelqu’un. Ils structurent leur propos et rédigent beaucoup. En général ils ont quelque chose à me dire, contrairement aux réseaux sociaux ce n’est pas une réaction à chaud mais une opinion réfléchie. Ce sont des personnes plutôt âgées qui viennent de tous bords politiques et de toute la France. Un lien se crée avec certains lecteurs qui nous écrivent au quotidien. Je me fais aider par une assistante mais lorsqu’on m’adresse des mails personnellement je prends toujours le temps de répondre.

Vous avez mis en place des débats entre abonnés et journalistes de la rédaction, pourquoi ce temps d’échange est-il important  ?

Chaque mois on organise effectivement des débats en présence de 150 abonnés. C’est un moment riche en discussions où des journalistes viennent expliciter leurs choix éditoriaux face aux lecteurs. Le dernier débat concernait la société française à l’heure du choix électoral. Nous avons toujours à apprendre les uns des autres et les débats sont passionnants.

Propos recueillis par Ralitsa Dimitrova.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s